Les 4 conseils pour devenir proactif

Certains d’entre vous n’ont aucune idée de ce qu’est la proactivité. Attendez ! Prenez la peine de lire cet article, ces quelques minutes de lecture changeront peut-être votre quotidien. Ce travail s’appuiera largement sur la première habitude proposée par Stephen Covey dans son livre « Les 7 habitudes de ceux qui réussissent tous ce qu’ils entreprennent ».

Vous le savez, l’homme se distingue de l’animal car il possède une conscience (néocortex). C’est-à-dire que nous ne sommes pas seulement nos humeurs, nos sentiments mais nous sommes des êtres doués de raison capables de prendre du recul sur notre propre existence. Il s’agit là de la base de la proactivité. Alors que l’animal répond directement à un stimulus, on dit qu’il est réactif, l’homme est lui capable de choix.

Mais alors, qu’est-ce qu’être proactif ?

Être proactif, c’est faire usage de cette capacité de choix. C’est, dans une certaine mesure, dire stop au conditionnement et au déterminisme social ou génétique par exemple. C’est rester maître de l’usage de ses représentations. Votre seule véritable liberté, la seule chose qui dépend uniquement de vous est votre façon d’interpréter ce qui vous entoure ou ce qui vous arrive. Comme le dit Stephen Covey dans son ouvrage « Notre comportement découle de nos décisions, et non de notre condition. ».

En effet, notre cerveau est organisé selon 3 parties communiquant ensemble mais agissant différemment  : le cerveau reptilien, le limbique et le néocortex. Pour résumer voici leurs rôles principaux :

  • Le cerveau reptilien correspond à notre instinct, il est la source de notre comportement primaire et assure nos besoins fondamentaux comme la respiration, l’alimentation… Il participe aussi à certaines fonctions cognitives comme la peur. Il agit de manière binaire (oui/non) et immédiate suite à un stimulus. Pour l’illustrer, une mère utilisera son cerveau reptilien pour sauver son enfant en situation de danger extrême.
  • Le cerveau limbique est le centre de nos émotions, il permet également la mémorisation et la prise de décisions. C’est aussi le lieu des mécanismes concernant motivation, réussites, échecs…
  • « Je pense donc je suis » – Descartes – Le néocortex est le responsable du raisonnement, de la compréhension et de la logique. Il traite les données reçues et en tire des conclusions.

Réactif/Proactif

Voyons un exemple concret pour illustrer cette notion de proactivité et préciser les différences entre un individu réactif et un individu proactif.

Aujourd’hui, la météo est mauvaise. Il pleut, il fait froid, le ciel est gris et tout est sombre à l’extérieur. Il s’agit du stimulus. L’individu réactif va donc immédiatement être affecté par ce déclencheur. « Mes plans tombent à l’eau. Que voulez-vous que je fasse par un temps pareil ? » Il passera la journée à se lamenter sur ces conditions extérieures indépendantes de sa volonté sans accomplir les tâches qu’il avait prévues. Quant à lui, l’individu proactif agira non selon les éléments extérieurs mais selon ses valeurs. Bien qu’il pleuve, si l’une de ses valeurs est de produire un travail de qualité alors la météo ne l’affectera pas et il poursuivra sa tâche.

Autrement dit, arrêtez d’expliquer votre misère par les circonstances ou les autres. Vous êtes aujourd’hui la conséquence de vos choix d’hier.

En résumé, être proactif vous permettra de vivre une vie guidée par vos valeurs, vos convictions sans dépendre de causes extérieures. C’est ainsi que vous atteindrez vos objectifs, que vous réussirez ce que vous allez entreprendre.

Mais alors comment devenir proactif ?

  • Prenez des initiatives

Nous l’avons vu, un individu réactif est totalement dépendant des conditions extérieures. L’une des clés pour devenir proactif est d’arrêter d’attendre que quelqu’un ou quelque chose nous vienne en aide. Agissez selon vos convictions, vos valeurs et arrêtez de remettre la faute sur tout un tas de causes extérieures.

Imaginons qu’un individu réactif et un individu proactif soit soumis à un même stimulus, une vague de licenciement dans leur entreprise par exemple. L’homme réactif dira « Tout va mal. Je vais me faire renvoyer, mon patron est un véritable tyran. ». Il n’agira d’aucune sorte et se lamentera de sa situation blâmant des facteurs extérieurs à sa volonté.

Quant à lui, l’individu proactif analysera très froidement la situation. Il cherchera à identifier le stimulus. Cette prise de conscience lui permettra d’éviter la réaction immédiate connue par notre personnage réactif précédemment.

Cette connaissance de la situation lui accorda une liberté de choix. Ainsi il pourra, par exemple, décider d’étudier les problèmes économiques que rencontre la société afin de proposer des solutions. Il prouvera alors sa valeur au près de son employeur et pourra peut-être même résoudre les difficultés de l’entreprise. Il aura alors fortement réduit les chances qu’il soit licencié.

Nous voyons dans cet exemple l’importance de la proactivité. Prenez des initiatives, devenez proactif et changez ainsi votre quotidien !

  • Changez votre langage

En règle générale, il suffit d’écouter parler un individu réactif et un proactif pour noter une grande différence dans le choix de leurs mots.

« Il faudrait que je fasse cela. » ; « Si seulement j’avais ceci ou cela… » ; « C’est tout moi. » ; « De toute façon on me l’avait bien dit ! »

Ces expressions sont caractéristiques du langage réactif. Ils se disent victimes, prédéterminés, en manque de telle ou telle ressource.

Si vous avez pour habitude d’employer ce type d’expressions vous devez changer votre langage.

« Il faudrait que je le fasse. » deviendra : « Je vais le faire. »

« Je dois y réfléchir. » deviendra : « Je passe à l’action. »

« Je ne pourrai jamais y arriver. » deviendra : « Quelles actions puis-je mettre en place pour me rapprocher de cet objectif. »

« Si seulement j’avais ceci. » deviendra : « Examinons les différentes solutions permettant d’agir sans cette ressource. »

Nous nous arrêterons ici dans les exemples mais croyez nous la liste est longue comme le bras ! Alors prenez le temps d’étudier les expressions que vous employez. Elles disent, sur vous, beaucoup plus de choses que vous ne l’imaginez.

« Nous ne voyons pas le monde tel qu’il est, mais en fonction de ce que nous sommes, ou tel que nous sommes conditionnés de le voir. »

Stephen Covey

  • Agissez dans votre cercle d’influence

L’une des clés de la proactivité est la distinction faite entre cercle d’influence et cercle des préoccupations. Pour faire simple, le cercle d’influence est celui qui contient les choses sur lesquelles vous pouvez directement agir. Le cercle des préoccupations contient des choses sur lesquelles vous n’avez aucun contrôle.

Alors que la plupart d’entre nous concentrons notre énergie sur notre cercle de préoccupations, les proactifs concentrent toute leur énergie sur leur cercle d’influence.

En effet, vous pouvez passer votre journée à blâmer les dirigeant politiques, la météo, les embouteillages mais quoi qu’il arrive vous ne pourrez agir sur ces phénomènes. Alors, à quoi bon gaspiller votre énergie ?

Reprenons l’exemple de la vague de licenciement au sein d’une entreprise. L’individu réactif restera concentré sur son cercle de préoccupations. Il adoptera une posture de victime, une posture accusatrice. « Mon patron est vraiment quelqu’un de mauvais. Il n’a pas le droit de me licencier. » ; « Si mes collègues produisaient un travail de meilleure qualité, cela ne serait jamais arrivé ! » Très bien… mais en quoi cela vous aidera-t-il à sauver votre place ?

Un individu proactif agira sur son cercle d’influence.  Ce dernier se concentrera sur les choses qu’il peut réellement changer, conscient de ne pas pouvoir directement agir sur son patron, sur ses collègues. Il pourra toutefois se charger de tel ou tel dossier dont il est responsable pour améliorer la situation de l’entreprise. Il pourra amener des changements positifs en se concentrant sur son cercle d’influence. De plus, agir sur ce dernier lui permettra de l’élargir progressivement jusqu’à intégrer certaines de ses anciennes préoccupations dans ce cercle d’influence. Par exemple, ayant amélioré les finances de la société en traitant certains dossiers, le patron lui sera reconnaissant. Ainsi, il pourra gagner en influence et peut-être le convaincre de faire certains choix futurs.

Gandhi à d’ailleurs poussé ce concept à son paroxysme. En effet, incitant d’abord les travailleurs pauvres et les fermiers à protester, il a conduit l’Inde vers l’indépendance.

Vous voyez qu’en concentrant notre énergie sur notre cercle d’influence nous pouvons amener de réels changements, et l’élargir jusqu’à avoir de l’influence sur des choses qui, auparavant, ne constituaient que de simples préoccupations hors de portée.

  • Être ou avoir ?

Notre dernier conseil pour augmenter votre capacité à être proactif est le suivant. Faites la différence entre être et avoir.

Avec le verbe avoir :

« Je voudrais avoir… »

« Si seulement j’avais… »

Employez-vous ces expressions ? Elles sont caractéristiques de l’individu réactif.

Elles signalent que vous attendez que quelque chose change. Encore une fois cela constitue une préoccupation. Voudriez-vous avoir ceci ou cela, aimeriez-vous que telle ou telle chose change autour de vous ? Vous êtes commandé par des causes extérieures, elles agissent sur vous et vous déterminent. Vous êtes dans un schéma allant de l’extérieur vers l’intérieur. Les causes extérieures influent sur vos actions, vous êtes donc dépendants de facteurs sur lesquels vous n’avez aucune emprise.

Que cela donnerait-il avec le verbe être ?

« Je peux être comme ceci. »

« Je peux être plus comme cela. »

Vous remarquez dans cet exemple que nous nous situons dans un schéma allant de l’intérieur vers l’extérieur. Nous n’attendons pas de miracles venant de choses externes mais nous changeons notre propre comportement pour ensuite agir sur ce qui nous entoure.

C’est en étant dans ce cas de figure que vous réussirez ce que vous entreprenez. C’est en changeant d’abord de l’intérieur que vous serez en mesure d’influer sur ce qui vous entoure pour atteindre vos objectifs.


Pour conclure, faites un bilan sur vous-mêmes. Êtes-vous plus enclin à prendre des décisions et à avancer ? Si oui, vous êtes quelqu’un de proactif et nous ne pouvons que vous recommander de rester sur cette voie qui est plus prospère. Êtes-vous plutôt du genre à attendre le bon moment, à dépendre des décisions des autres ? Si c’est le cas, rien ne vous force à changer mais attention vous pourriez très certainement passer à côté de la vie dont vous rêvez.

N’oubliez pas que vous seul êtes maître de vous-même et que vous êtes le seul responsable de votre succès.

Ayez confiance en vous, il est temps de passer à l’action et de faire un nouveau pas en direction de la vie dont vous rêvez. Take The Next Step !

Tom Kawczak

Pour vous procurer le livre « Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent », cliquez sur l’image ci-dessous :


Vous avez apprécié cet article ? Alors inscrivez-vous à la newsletter et recevez en bonus Le Guide de la Confiance en Soi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.