L’échec est-il un diplôme ?

Qui n’a jamais entendu que les échecs font partie de la vie, ou que c’est en apprenant de nos échecs que l’on progresse ? Que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ? Mais vous êtes-vous posé la question suivante : l’échec peut-il être synonyme de diplôme ?

En effet, l’échec est en permanence présent dans notre vie. J’ai échoué à mon examen, j’ai été refusé par tel employeur, telle école…

Avez-vous déjà eu le sentiment que votre vie n’était qu’échec tout simplement ?

Avez-vous déjà cru que vous n’aviez pas de chance et que c’est toujours à vous que ces choses-là arrivent ?

L'échec est un diplôme
L’échec est-il un diplôme ?

Il est vrai, qu’à travers notre vie nous traversons plusieurs phases, des hauts, des bas, des moments de victoire, des déprimes ; c’est ainsi qu’est faite la vie. Tout n’est jamais rose et vous aurez beau lire des livres de développement personnel, vous faire coacher pour vous sentir mieux, ce ne sera qu’éphémère.

Si vous êtes dans un cas similaire au mien, c’est-à-dire toujours à positiver, à se dire mentalement qu’il peut toujours y avoir pire, que je trouverai bien une solution… Il m’arrive parfois de tomber de haut, le moral qui flanche brusquement.

Problème ? --> Solution
Un problème ? Des solutions.

Ces déprimes que l’on peut avoir, s’expliquent par le fait que notre vie ne dépend tout simplement pas de nous. Je m’explique. Vous aurez peut-être toujours la détermination de résoudre vos problèmes, de vouloir faire avancer les choses, d’aider vos proches, d’atteindre vos objectifs… MAIS des contraintes nous y empêchent et oui même si vous êtes convaincus comme moi qu’un obstacle est franchissable, il arrive parfois que nous soyons impuissants.

Impuissants face à la réalité de la vie. C’est pourquoi j’aimerais partager avec vous à travers cet article, mon expérience personnelle de ces derniers mois afin d’illustrer mes propos.

Pour ma part, l’année 2020 a plutôt mal commencé.

Problèmes personnels, déménagement et bien sûr sans travail.

Recherche emploi
Recherche emploi

Après avoir démissionné de mon poste de travail à la sortie de mes études, je décide de retourner auprès de personne que j’aime et qui sont très proche à mes yeux. Cependant je me trouve sans emploi. Donc à la recherche d’un nouveau job, la première semaine enthousiaste, confiant et prêt à passer des entretiens je me retrouve à envoyer quelques CV, lettres de motivation, inscriptions dans des agences d’intérim, pistons…

Vient alors rapidement la deuxième semaine puis la troisième semaine. Similaire à la première. Une vie robotisée : Au petit matin recherche d’offres d’emploi, je postule, j’envoie des emails, j’appelle des entreprises. Ensuite vient le temps de s’entraîner, du sport pour se vider la tête, d’ailleurs si vous ne l’avez pas encore lu je vous recommande l’article pourquoi il ne faut pas faire de sport. L’après-midi recherche de nouvelles offres, d’entreprises potentiellement intéressantes, lecture et autres passe-temps.

Toujours aussi confiant je continue de postuler, je décide d’augmenter mes opportunités : élargir mon secteur géographique, je m’entoure de conseillers, développe mon profil à travers les réseaux de recrutement sur internet…

Pendant plusieurs semaines j’étais libre toute la journée, ce qui me permettait de voir ceux que j’aime, de réaliser certaines bricoles, de m’entraîner plus longtemps. Bref j’avais beaucoup de temps pour moi. Beaucoup trop à vrai dire.

Je fais partie de ceux qui s’impatientent rapidement, qui ont du mal à tenir en place surtout dans ces moments là. J’avais besoin de mettre à profit mes connaissances et d’élargir mes compétences dans mon domaine, l’informatique.

Vous imaginez donc bien que rester chez soi plusieurs semaines à attendre a été une épreuve pour moi.

Résultats des courses aucune réponse, aucun appel, aucun email.

Des semaines à batailler pour trouver un emploi, les premières réponses tombèrent et bien sûr elles étaient négatives avec des formules types, très robotiques.

C’est à partir de là que ma motivation a baissée, mon ego en a pris un coup. En partie parce que mes candidatures avaient été refusées, et parce que je ne comprenais pas pourquoi.

S’en suit un coup de déprime. Mais comme l’a dit un très bon ami à moi :

« Dans ces cas-là, tu te lèves de ton lit, tu pleures un coup et tu te dis que tu n’as pas le choix et tu continues. »

Je me permets donc de persévérer de relancer certaines entreprises par mail, téléphone mais rien. Toujours sur la touche.

Ayant commencé à avoir fait le tour des annonces je me retrouve à sec. Donc à nouveau dans l’attente de réponse… 

Le but de cet article est de partager avec vous le fait d’être un candidat à la recherche d’emploi si cela devait vous arriver un jour.

Pourquoi ? 

Nombreuses sont les annonces mais toutes ne sont pas intéressantes. Sans parler de celles mals écrites qui ne donne pas envie.

Tu reçois dans 90% des cas des réponses négatives avec le même message à chaque fois, un robot sans empathie qui t’as répondu :

Bonjour Monsieur,

 Nous accusons réception de votre offre d’emploi et nous vous remercions de l’intérêt porté à notre société.

 Malheureusement, nous vous informons que nous ne pouvons pas retenir votre candidature.

Nous espérons que vous trouverez rapidement la situation recherchée et nous vous présentons, Monsieur, nos meilleures salutations.

Tu as l’impression d’être considéré comme un panel de compétences et non pas un humain (avec des émotions, une vie à côté, des passions, une personnalité…)

Certaines entreprises m’ont directement appelé afin de passer un « premier entretien ». BIen sûr, il s’agit de personnes chargées de recruter qui n’ont ni compétences ni connaissances dans mon milieu et qui se permettent de poser vulgairement des questions par téléphone pour savoir si tu seras utile à leur entreprise. Incroyable non ?!

Pour la petite anecdote j’ai eu le droit à « Connaissez-vous Office 365 ? » pour un poste d’administrateur réseau et système. Il est évident de connaître la suite Office (Word, Excel, PowerPoint, …) et même pour une personne qui n’est pas dans le milieu informatique à l’ère d’aujourd’hui, rares sont les personnes à ignorer ce dont il s’agit.

Pour me vendre j’énonce mes compétences au téléphone mais a personne en face n’y comprend absolument rien car il s’agit d’un vocabulaire technique.

Le plus frustrant c’est qu’à la fin de l’appel on te promet une réponse rapidement et que tu attends désespérément, toujours…

Autre coup de gueule, le fait qu’on ne sache jamais pourquoi ta candidature n’a pas été retenue (aucun feedback). Au lieu d’envoyer une réponse type pourquoi ne pas envoyer : « Votre candidature n’a pas été retenue d’après le motif suivant : Expérience trop faible pour le poste demandé. »

D’ailleurs le fameux manque d’expérience. D’accord mais à la sortie des écoles forcément nous n’avons pas ou peu d’expérience. Nous devons bien commencer un jour pour faire nos preuves. Les offres d’emploi se comptent sur les doigts d’une main.

Au bout d’un moment je suis arrivé à me remettre en question surtout parce que je ne comprenais pas pourquoi. Tu en viens même à déprimer, à regarder le temps s’écouler, être constamment dans l’attente.

Je ne souhaite à personne de vivre cette situation. 

Enfin bref, il est vrai que les candidats comme mon cas sont peu aidés à la sortie de leurs études.

Bilan de ces deux mois de recherches : une trentaine de CV envoyés pour seulement une réponse positive.

Pour ceux qui ne sont pas encore dans les études ou ceux qui souhaiteraient reprendre, je tenais à faire une petite note concernant l’alternance.

En tant qu’ancien alternant, je peux vous dire que cette année étude a été la plus riche pour moi en termes de compétences et d’expérience. Et que cette année a été un atout majeur (12 mois au total) lorsque j’ai postulé auprès d’entreprises. Un plus qui fait la différence devant l’employeur.

Je recommande à tous si vous en avez l’occasion de goûter à l’alternance un mélange entre étudiant et salarié.

Lien utile si vous êtes intéressés par l’alternance : https://www.tetras.univ-savoie.fr/

Pour conclure cet article, si vous vous retrouvez dans le même cas que moi un jour, soyez patients et surtout restez optimistes dans les moments difficiles, de vos échecs vous apprendrez car oui l’échec est selon moi un diplôme et je finirai avec la citation suivante :

Si vous traversez l’enfer, continuez d’avancer.

Winston Churchill

N’oubliez pas que vous seul êtes maître de vous-même et que vous êtes le seul responsable de votre succès.

Ayez confiance en vous, il est temps de passer à l’action et de faire un nouveau pas en direction de la vie dont vous rêvez. Take The Next Step !

Matthieu Cribier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.